Le Jardin du Feu

Le Jardin du Feu (cf. n° 4 sur le plan) est une petite « cellule régulière » incluse dans le jardin méditerranéen qui, comme je l’écrivais, s’apparente davantage à une garrigue jardinée. Il est implanté sur le lieu où, vraisemblablement, les bénédictins faisaient leur feu. Il semblerait aussi que le premier aménagement de cet espace soit dû à Elsa Kœberlé, ce qui explique peut-être son caractère régulier et italianisant, comme une réponse, dans la partie haute des jardins, aux jardins italiens situés en contrebas des terrasses.

Ce jardin est aménagé de manière classique selon un plan en croix : quatre parcelles irrégulières bordées de buis réparties symétriquement autour d’un espace central circulaire. Au centre du jardin, une grande vasque moderne ornée d’un bas-relief évoquant les Vestales. Le Jardin du Feu est situé en contrebas de l’oliveraie, au pied d’un mur de pierres sèches orné, sur sa margelle, de quatre vases Médicis. Le long de ce mur, à l’ouest, est plantée une haie de cyprès (Cupressus sempervirens non fastigiés). Au sud, bordant le chemin longeant le jardin, une haie de cyprès fastigiés (Cupressus sempervirens var. stricta). Le fond du jardin, au nord, est fortement marqué par l’oblique de la colline, soulignée par un mur en pierres sèches ; ce massif tout en pente est planté de cyprès, d’oliviers et d’un tapis de Ceratostigma plumbaginoides qui apprécient cette exposition ombragée et relativement fraîche, offrant en été une belle floraison bleue et à l’automne un feuillage rouge éclatant. Derrière ce massif, courant le long du mur d’enceinte nord, un chemin particulièrement attachant (un de mes lieux préférés dans le jardin ! mais j’aurai l’occasion de vous en reparler bientôt) qui conduit jusqu’à la chapelle Sainte-Casarie). Faisant couronne à l’ensemble, une strate arbustive essentiellement composée de Viburnum tinus (Laurier tin), de Rhamnus alaternus (Nerprun alaterne), et de quelques Pittosporum tobira. Enfin, chacune des quatre parcelles étaient plantées de lavandes (essentiellement Lavendula angustifolia).

Comme dans d’autres parties du jardin, il a fallu procéder à un « rajeunissement » de l’ensemble : la croissance excessive des végétaux, des semis spontanés et quelques plantations « intempestives » avaient gommé la structure du jardin. Ainsi, la haie de cyprès, tous très sénescents, masquait entièrement le mur et la vue sur l’oliveraie qui surplombe le jardin. Les vues traversantes sur le paysages (notamment à l’est, vers le Mont Ventoux) étaient perdues, ainsi que la perception de l’oblique qui marque le fond du jardin. Enfin, au sud, la plantation trop serrée des cyprès — qui produisent une ombre très compacte — empêchait la lumière de s’introduire dans le jardin, au grand dam des lavandes qui ne parvenaient plus à se développer.

Ce chantier a donc été le premier de l’automne et j’ai été efficacement secondé dans ce travail par une stagiaire, Kathleen Personnic, en formation au CFPPA d’Avignon (BTSA « Aménagement paysager » en formation continue), qui m’a été d’une aide précieuse pendant les quinze jours qu’elle a passés à Saint-André au début de l’automne.

Les travaux de taille, d’élagage et d’abattage ont été complétés par l’arrachage des lavandes qui, pour la majorité d’entre elles, étaient arrivées en bout de course. Quelques-unes semblaient pourtant avoir été plantées relativement récemment mais sans réussir à s’enraciner. Pauvreté du sol, manque de lumière ou plantation hâtive sans dé-chignonage préalable (certains pieds présentaient en effet un étranglement du collet par une racine) ? IMG_20171023_094831Il ne faut écarter aucune de ces hypothèses. Les lavandes les plus robustes ont été conservées pour être replantées dans les massifs de Sainte-Casarie (que je vous présenterai dans un prochain article).

Nous avons décidé, avec les propriétaires, de ne pas replanter de lavandes pour le moment. J’ai donc proposé, pour tenter de redonner vie à un sol très appauvri et très pulvérulent, de semer un engrais vert, essentiellement composé de céréales et de fabacées (Avoine, Seigle, Lentille, Serradelle, Trèfle incarnat, Vesce, Epinard, Lin, Moutarde, Phacélie, Sarrasin). J’ai procédé au semis après une légère préparation des parcelles au motoculteur. Je craignais d’avoir fait ce semis trop tard dans la saison mais la douceur exceptionnelle de cet hiver et quelques pluies bienfaisantes sont venues à ma rescousse : quelle n’a pas été ma joie, au courant du mois de décembre, de voir apparaître une légère brume verte à la surface du sol !

En début de floraison, IMG_20171116_085708je faucherai et enfouirai superficiellement les coupes préfanées. Pour le printemps, je pense semer un mélange de prairie fleurie adaptée aux terrains secs, mélange que je compte agrémenter copieusement de coquelicots pour réchauffer ce jardin dédié au feu. Toutes ces opérations ont pour but de préparer le terrain en vue de l’élaboration d’un plan de plantation plus pérenne et réfléchi, qui tiendra compte des contraintes pédologiques du lieu, des contraintes d’exposition et qui, espérons-le, honorera dignement la mémoire du feu des bénédictins !

 

DSC01618
Etat mars 2017
_DSC3918
Etat novembre 2017

_DSC3889

_DSC3893
Faire entrer de la lumière…

_DSC3836

_DSC3839
La haie de cyprès à l’ouest
_DSC4005
Retrouver les vues

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Histoire d’un semis…

_DSC4637

 

 

 

_DSC4741

_DSC4972
Janvier 2018. Vu depuis l’oliveraie. On aperçoit l’ombre portée particulièrement dense des cyprès plantés en bordure du jardin. Mais aussi, la petite brume verte du semis qui a levé…

3 commentaires sur « Le Jardin du Feu »

    1. Mille mercis pour vos encouragements. Ils me touchent d’autant plus qu’ils viennent d’une personne qui a travaillé à Saint-André avec Mlle Bacou, que je n’ai pas eu la chance de connaître. J’espère qu’elle aurait apprécié mon travail au jardin.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s