Rhinechis scalaris…

_DSC3377

Une jolie rencontre, en toute fin d’été, avec Rhinechis scalaris, une couleuvre à échelons, le premier serpent que je croise dans le jardin depuis mon arrivée. C’est son sifflement qui m’a signalé sa présence à proximité. Elle prenait tranquillement le soleil dans l’oliveraie lorsque Balthazar l’a débusquée…  et elle avait manifestement l’intention d’en découdre ! Une fois le danger éloigné et le calme recouvré, elle a gentiment accepté d’être photographiée, sans faire preuve d’agressivité. Avant de reprendre doucement son chemin…

La couleuvre à échelons mesure jusqu’à 1m60. Adulte, elle possède une livrée gris-jaune ou gris brunâtre. Elle possède deux traits longitudinaux sombres le long du corps. Chez les jeunes sujets, ces deux traits sont reliés par des lignes transversales, faisant penser à une échelle.

Cette couleuvre vit dans le midi de la France. On la trouve aussi bien dans les garrigues et les maquis que dans les zones habitées près des cultures.

Très active pendant tout l’été même aux heures les plus chaudes, elle est très agressive et se jette gueule ouverte sur son agresseur. Cette couleuvre inoffensive est massacrée sans pitié si elle s’aventure le long des sentiers ou près des maisons. Elle est aussi menacée par les incendies très fréquents là où elle vit.

C’est un prédateur redoutable pour les rongeurs, oisillons, lapereaux. Il tue par constriction.

Source : http://www.serpentsdefrance.fr/Couleuvreaechelons.php

 

_DSC3392

Lyristes plebejus

Sous ce titre énigmatique (peut-être pas pour tout le monde), j’inaugure une nouvelle catégorie de messages : « Parisiens, tendez vos mannes. » Les lecteurs d’Alphonse Daudet auront reconnu une citation du « Curé de Cucugnan », dans les « Lettres de mon moulin » :

Tous les ans, à la Chandeleur, les poètes provençaux publient en Avignon un joyeux petit livre rempli jusqu’aux bords de beaux vers et de jolis contes. Celui de cette année m’arrive à l’instant, et j’y trouve un adorable fabliau que je vais essayer de vous traduire en l’abrégeant un peu… Parisiens tendez vos mannes. C’est de la fine fleur de farine provençale qu’on va vous servir cette fois…

Je vous laisse découvrir (ou re-découvrir) la suite du fabliau dans le volume des « Lettres » qui doit certainement se trouver sur les rayonnages de votre bibliothèque.

Je me propose ainsi de partager avec vous des réalités spécifiquement méditerranéennes, au fil de mes découvertes, curiosités et selon les circonstances saisonnières.

Je commence donc en vous présentant Lyristes plebejus, la Cigale plébéienne, à la fois si familière et méconnue. La forte chaleur de ces derniers jours a provoqué une véritable explosion démographique de la population cigale dans le jardin et cela me donne l’occasion de vous dire quelques mots de cet insecte touchant et admirable (quoiqu’en dise et en pense Monsieur de la Fontaine).

La femelle Lyristes plebejus (famille des Cicadidae) pond ses œufs (environ 600) dans les tiges des arbres, arbustes et plantes herbacées. Les larvules qui naissent de ces œufs subissent une première mue (et acquièrent ainsi des pattes) et se laissent tomber dans le sol dans lequel elles vont s’enfoncer grâce à une paire de pattes fouisseuses.

La larve vit sous terre au moins deux ans, tout en subissant quatre autres mues. Aveugle, vivant isolément, elle creuse des terriers individuels à proximité des racines qui lui procurent la sève dont elle se nourrit. Après la quatrième mue, la larve passe au stade de larve nymphoïde et remonte à la surface en laissant dans le sol des trous caractéristiques.

DSC01121

DSC01196
L’imago au sortir de l’exuvie

Sortie de terre, cette larve grimpe sur un support (souvent végétal : plante à développement bas mais aussi sur la base des troncs d’arbres ; parfois, comme ici, sur le pied d’une table…) et effectue sa dernière mue, la mue imaginale. L’imago apparaît en environ une quinzaine de minutes abandonnant l’exuvie, la peau morte de la larve nymphoïde.

dsc011231.jpg
Exuvies

Trois heures après, l’imago acquiert sa pigmentation compète ainsi que l’usage de ses ailes. Elle présente la physionomie définitive de la cigale qui a notamment abandonné la paire de pattes fouisseuses qui ne lui sont plus d’aucune utilité.

Dès lors, la cigale entre dans la dernière période de sa vie, la plus courte puisqu’elle ne vit que deux à quatre semaines, le temps de se reproduire. Dès sa sortie de terre et une fois la dernière mue effectuée, le mâle commence à chanter ce qui s’apparente bel et bien à un chant du cygne…

_DSC2553

Je dois à l’exposé de Manuel Ibanez (publié sur le site de l’OnEm, Observatoire Naturaliste des Ecosystèmes Méditerranéens, http://www.onem-france.org/cigales/files/Expose_Cigales_MI.pdf) ma toute fraîche connaissance des cycles de la vie de Lyristes plebejus.

Photos : Olivier Ricomini